Termes de référence

Etude de marché sur les filières petits ruminants, volaille, karité et miel dans le cadre du projet APFA II – Préfecture de Tchamba
(Région Centrale).

Avril 2018

I. Contexte et justification

Les populations en milieu rurale au Togo sont les plus affectées par la pauvreté. Pour survivre, les habitants de la forêt d’Abdoulaye
(Préfecture de Tchamba) avaient l’habitude d’exploiter les ressources naturelles de la zone en recourant à des activités extrêmement
néfastes pour l’environnement et la biodiversité.

En 2004, le gouvernement togolais a classé la forêt et interdit de ce fait l’exploitation de cette zone de 300 km². Toutes les
communautés villageoises situées à l’intérieur du périmètre concerné ont été expulsées, la relation entre les villageois – qui
s’installèrent en périphérie de la forêt – et les autorités s’est détériorée. Mis en marge des processus de décision, les paysans
vivaient le classement de la forêt en zone protégée comme une forme d’oppression. Les populations riveraines ont d’autre part
continué à se livrer au braconnage et au déboisement pour subvenir à leurs besoins.

Mené dans trois villages, le projet « Initiative de réconciliation de la lutte contre la pauvreté et de la protection de l'environnement
(projet APFA) » a associé protection environnementale et réduction de la pauvreté en offrant des perspectives durables aux habitants
et en développant leurs capacités.

Au total 21 associations paysannes ont été mises en place et les populations ont été sensibilisées à la protection de
l’environnement. Ce projet a également permis la création d’activités génératrices de revenus dans le secteur agro-sylvo-pastoral.
Dans le volet élevage du projet, des animaux – volailles, porcs et petits ruminants – ont été distribués et des enclos construits. Des
groupes d’apiculteurs ont été appuyés avec la mise en place de ruches et du matériel d’extraction de miel. D’autres groupes de
femmes ont reçu des appuis dans la collecte de noix de karité. Enfin, les capacités techniques et organisationnelles de leurs
membres ont été renforcées.

A la fin de la première phase qui a duré de 2014 à 2017 (39 mois), les effectifs d’animaux ont commencé à croître, de 750 à un millier
pour les petits ruminants, 290 à 1500 pour les volailles, et de 138 à 200 pour les porcins. Aussi, les bénéficiaires ont évoqué des
difficultés d’accès aux marchés et la commercialisation des produits comme principale frein au développement de leurs AGR. Pendant
les périodes de fêtes par exemple, des intermédiaires viennent acheter les animaux à très bas prix par rapport aux marchés (ce qui
n’avantage pas les paysans) et les revendent 3 à 4 fois plus chers dans les centres urbains. En établissant un compte d’exploitation,
les producteurs se sont rendu compte qu’ils tirent très peu ou parfois pas de bénéfice de leurs ventes. Souvent, ils ne trouvent pas
d’acheteurs à des moments où ils ont besoin d’argent, par exemple pour payer des frais médicaux ou des frais scolaires de leurs
enfants. Parmi les solutions évoquées par les paysans, il y a le développement de nouveaux partenariats avec les acteurs des filières
concernées (commerçants, transformateurs, fournisseurs d’intrants…).

Les problèmes soulevés ici sont l’accès des petits producteurs aux marchés, la commercialisation de leurs produits et la rentabilité
de leur AGR. Ainsi, dans la seconde phase du projet APFA, il est envisagé de réaliser une étude de marché des principaux produits
issus des AGR de ces groupements.


II. Objectifs de l’étude

L’objectif principal est de disposer d’une banque d’informations qualitatives et quantitatives analysées sur les filières petits
ruminants, avicoles, karité et miel dans la préfecture de Tchamba sur la base d’une analyse de marché (offre et demande) afin
d’identifier les enjeux et les opportunités économiques porteuses de ces filières, dans les perspectives de développement des
activités des organisations paysannes situées dans la préfecture de Tchamba.

De façon plus spécifique, les études de marché devront permettre de :

-Identifier et quantifier les acteurs (producteurs ou collecteurs, grossistes, intermédiaires, transformateurs, négociants, acheteurs,
fournisseurs de biens et de services…) qui interviennent dans les filières d’étude et analyser leurs rôles, stratégies et potentiels de
collaboration ;
-Identifier la structuration éventuelle de ces filières et l’organisation de leur représentativité au niveau national, sous régional et
international, si pertinent ;
-Analyser l’organisation de ces filières (Potentiel de croissance ; Compétitivité de la filière ; Pertinence de la filière pour
l’environnement ; Présence des autres projets / appui, etc.) pour comprendre les interactions entre acteurs, au regard des règles
existantes au niveau professionnel, national, sous régional ou international ;
-Identifier les aspects normatifs importants à prendre en compte dans la structuration des filières concernées ;
-Identifier et analyser les conditions cadres ayant une influence sur le développement de ces filières ;
-Identifier les fonctions nécessaires (biens et services d’appui nécessaire existants et manquants qui sont indispensables pour le
bon fonctionnement des filières d’étude) et les acteurs qui assurent ces fonctions ;
- Repérer les marchés (quantités et qualité de l’offre et de la demande, caractéristiques, prix, etc) existants et potentiels locaux,
sous régionaux et internationaux pour ces produits, et le niveau de transformation nécessaire pour y accéder ;
-Identifier et calibrer les possibilités locales de transformation à faible investissement, de ces productions, qui pourraient booster la
commercialisation ;
-Analyser les capacités locales de recherche et de fabrication de machines / outils susceptibles de faciliter la transformation, le
stockage, le conditionnement et la commercialisation des produits ;
-Identifier et analyser les goulots d’étranglement prioritaires ;
-Identifier les acteurs clés des filières qui nécessitent des renforcements de capacités (acteurs d’appui, le secteur privé, etc.) ;
-Identifier les formations / le conseil à disposition sur les filières d’études ainsi que les opportunités de travail ou d’entreprises
porteuses pour les jeunes (incluant les services).

III. Résultats attendus

-Une étude de marché sur chacune des opportunités économiques fournit des données quantitatives et qualitatives suffisantes pour
éclairer des choix (matière d’oeuvre, coûts d’investissement, demande et offre potentiels, transformation et distribution, etc.)
-Les acteurs des filières concernées sont identifiés et quantifiés, leurs rôles et fonctions analysés ;
-Les conditions cadres et les normes régissant ces filières sont connues ;
-Les marchés existants et potentiels sont décrits et leur conditionnalité d’accès analysée ;
-Le niveau d’organisation et de structuration de chacune des chaines de valeur est connue et les goulots d’étranglement identifiés ;
-Les possibilités locales en matière de recherche associée à ces filières, de production de machines-outils appropriées, en matière de
transformation, de stockage, de commercialisation et de circuit d’exportation, sont identifiées et calibrées ;
-Les services d’appuis existants sont identifiés et analysés, et les manques avérés sont pointés ;
-Les principales caractéristiques des opportunités économiques sont présentées dans un document synthétique.

IV. Produits attendus

-Un rapport provisoire puis définitif, une fois validé le premier, sera présenté à VSF - Suisse en trois exemplaires papiers originaux et
l'exemplaire numérique ;
-Un document par filière produit et présenté sur la base de l’approche M4P ou autre approche ;
-L’étude doit contenir l’ensemble des données et informations permettant d’avoir une meilleure connaissance de ces filières, leurs
potentialités et contraintes, à savoir :

-La typologie et le nombre estimé des producteurs ;
-Les données relatives à l’organisation de la filière ;
-Les données qualitatives et quantitatives relatives au marché et à la commercialisation ;
-Les points forts et points faibles, les potentiels et goulots d’étranglements ;
-Les règles et normes applicables ;
-Les services connexes locaux ou nationaux existants ou ostensiblement manquants ;
-Rôle du secteur privé ;
-Les acteurs qui offrent des services ou des biens.
-Analyse des perspectives de la filière et ses produits/services dans le contexte de développement des activités des OP ;
- Une bibliographie des documents et études de référence de chacune des filières.

V. Méthodologie de l’étude de marché

L’approche systémique de marché, encore appelée démarche « Faire fonctionner les marchés au bénéfice des pauvres » est requise
pour mener cette étude. L’étude se concentrera sur la Préfecture de Tchamba, pour les aspects liés à l’analyse de la production et aux
potentiels de services locaux intégrés aux chaines de valeurs. Pour l’ensemble des autres aspects, liés à l’organisation des filières et
leurs régulations normatives, elle aura une étendue nationale pouvant déboucher sur des opportunités des pays de la sous-région
Elle investiguera en outre les marchés et les normes internationaux.

L’étude se veut participative, en impliquant les acteurs locaux des filières au Togo, et plus précisément dans la préfecture de la
Tchamba. Elle pourra développer différentes méthodes de travail, notamment des focus groupes, pour rencontrer les producteurs et
collecteurs, particulièrement ceux impliqués dans le projet APFA.

Elle se composera à minima :

-D’une réunion de cadrage initiale avec l’équipe de VSF-Suisse ;
-D’une partie d’analyse documentaire et de recherches sur les filières ;
-De visites institutionnelles au Togo ;
-D’une partie d’investigation et de collecte de données quantitatives et qualitatives dans la Préfecture de la Tchamba et au besoin
dans les autres préfectures de la Région Centrale ;
-D’une réunion de restitution et de validation du rapport provisoire.

VI. Tâches principales du consultant

Il est attendu du consultant :

-Qu’il programme la réunion de cadrage initiale au démarrage de la mission ;
-Qu’il assure la programmation des visites, rencontres et entretiens nécessaires à sa mission ;
-Qu’il organise les visites terrains en concertation avec le commanditaire ;
-Qu’il assure tous les aspects de la production du rapport final, y compris la duplication.

VII. Période et durée prévisionnelle de l’étude

La mission devra démarrer fin avril 2018 et devra être réalisée dans un délai maximum de 25 jours.

VIII. Profil du consultant

Le consultant principal doit avoir les qualifications et compétences suivantes :

-Avoir une bonne connaissance de l’approche systémique de marché, et maîtriser la méthodologie correspondante ;
-Avoir une excellente connaissance d’au moins une des filières et chaines de valeurs agricoles au Togo, attestées par au moins des
missions de consultance ou de conseil y ayant trait ;
-Avoir un niveau d’études au moins équivalent à Bac + 5 et une formation de préférence en agroéconomie, sciences sociales,
économie ou en gestion ;
-Avoir déjà réalisé des missions de type « études de marché », pour au moins trois (3) clients différents (cités nominativement, ainsi
que le titre des études conduites) ;
-Avoir une bonne connaissance du secteur privé, et des opérateurs de la place, en termes de leviers de commercialisation ;
-Avoir une bonne capacité de synthèse, d’analyse des données socio-économiques et de rapportage ;
-Avoir une capacité de coordination et de suivi d’équipe sur le terrain ;
-Avoir une expérience M4P serait un atout fondamental.
Les autres membres de l’équipe doivent faire preuve d’une expérience et compétences dans les filières pré citées, ainsi qu’une
expérience dans l’étude de marché et/ou dans le secteur privé.
Nous attendons des propositions de consultants indépendants, de bureaux d’études ou cabinets conseils, et également d’association
(formelle ou informelle) de consultants qui travailleraient en équipe.

IX. Dossier de soumission

Le dossier de soumission doit contenir une offre technique et une offre financière.

-L’offre technique détaillera la compréhension des TDR, la méthodologie proposée pour l’étude, le chronogramme d’exécution, le CV
du (des) consultant (s), rôle et organisation de l’équipe ainsi que les références et exemples de missions identiques déjà réalisées ;
-L’offre financière précisera le montant des honoraires des consultants et tous autres frais éventuellement nécessaires à la
réalisation de l’étude.

Les candidats intéressés doivent faire parvenir leur proposition (technique et financière) par courrier électronique à VSF-Suisse et
adressée à Monsieur le Directeur Togo avec pour objet « Candidature étude de marché APFA II » à : geraud.hellow@vsf-suisse.org avec
en copie : constantin.assi@vsf-suisse.org .

Délai de candidature : au plus tard le 16 avril 2018 à 17 Heures.